lundi, 31 août 2020 19:55

L'école peut-elle sauver la démocratie ?

Écrit par

Les auteurs François Dubet professeur de sociologie émérite à l’université de Bordeaux 2, directeur d’études à l’EHESS et Marie Duru-Bellat professeure émérite à l'OSC, lancent cette question à travers un ouvrage éponyme. Après les années 1960, la massification de l'éducation scolaire a été grandissante. Et cette école de masse aurait fini par générer des écarts entre les élèves jusqu'à créer un ressentiment antidémocratique. C'est l'objet du livre qu'ils nous proposent.

Avant de détailler les limites de ce système, il faut d'abord rappeler que dans les années 50, la moitié des élèves ne dépassait pas le niveau du certificat d'études primaires. Ce n'est plus le cas aujourd'hui, et cela on le doit à l'école de masse. En 1950, 50% d'une classe d'âge passe le bac. "Un enfant d'ouvrier jugé très bon n'entre pas en 6ème alors qu'un enfant de cadre jugé médiocre rentre en sixième", souligne François Dubet. Les auteurs tiennent à rappeler que le livre n'est pas du tout hostile à la massification, mais une proposition d'analyse d'un système qui n'a pas, selon eux, toujours répondu aux attentes qu'il avait suscitées.

La massification de l'enseignement a reposé sur trois promesses :

La première, c'est de dire que si tout le monde entre à l'école, les inégalités seront réduites et donc cela produira plus de justice. "Ensuite, les femmes ont énormément gagné avec ce système. Elles ont gagné le match scolaire. Mais cela ne signifie pas pour autant qu'elles ont gagné le match qui suit dans la vie professionnelle." 

La deuxième est une promesse d'efficacité: "Plus les gens sont éduqués, plus ils seront efficaces, rationnels, efficients dans le travail, épanouis."

La troisième est celle de la démocratie : "C'est, selon la promesse de Victor Hugo, dire que si j'ouvre une école, je ferme une prison. Parce que l'école ce sont les Lumières. Donc, plus la jeunesse sera éduquée à l'école, plus elle adhérera profondément aux vertus de la démocratie, à la tolérance, à la croyance dans le savoir, au progrès..."

"Si l'on prend ces trois promesses, c'est un grand changement sur les inégalités scolaires. Mais aujourd'hui, si tout le monde entre dans la même machine, on va avoir paradoxalement des inégalités qui vont être engendrées dans l'école et par l'école et qui sont, par conséquent, vécues comme beaucoup plus insupportables." 

L’école démocratique de masse a produit des benéfices globaux - en particulier en matière de réduction de certaines inégalités d'accès - mais a aussi transformé le mode de production des inégalités en accentuant la compétition entre élèves, et les écarts de valeur entre les diplômes. Il en ressort des vainqueurs aux parcours brillants... et des vaincus, menacés de déclassement. Dans une société où les moins diplômés et les laissés-pour-compte s'éloignent des valeurs démocratiques et se tournent vers des forces populistes ou autoritaires, il est temps de s'interroger sur le statut et les causes de ces inégalités scolaires - dans toutes leurs dimensions - qui menacent la cohésion sociale et d'aller au-delà des référentiels d'égalité des chances, d'élitisme et de méritocratie.

L'école peut-elle sauver la démocratie ?                                                                                                                                 
Auteurs : François Dubet et Marie Duru-Bellat
Editions du seuil, août 2020, 240 pages, ISBN 978-2-02-145970-8                                                                                                    

 Sur le même thème, on peut lire l'article paru dans Télérama n° 3688 du 16.09.2020 : Plus grand, je serai citoyen

Connectez-vous pour commenter

Abonnement à la Lettre Électronique

Donnez votre adrélec, puis recopiez à droite les caractères apparaissant à gauche.

captcha 

Coordonnées

CdEP - 67 rue du Faubourg St Denis
PARIS Xème
Métro : Château d'eau - Strasbourg St Denis

  • Tel : 01 43 35 28 50
Vous êtes ici : Accueil Publications Culture Livres lus L'école peut-elle sauver la démocratie ?