dimanche, 16 janvier 2022 17:28

Enseigner en temps de crise sanitaire

Écrit par

Voici des témoignages destinés aux enseignants durant cette période difficile où enseigner normalement relève de la gageure... Une équipe CdEP partage son expérience à la lecture du livre de Xavier Dufour, une autre équipe propose une intention de Prière Universelle, et un évêque apporte son soutien aux équipes éducatives de son diocèse...

 

 
Singularités
Réflexions autour du livre de Xavier Dufour, Enseignants et chrétiens, une vocation, Chapitre 4 : Autorité et Espérance.
 
Chaque professeur se construit un mode de fonctionnement avec ses élèves, engagé qu’il est pour les faire grandir. Quand il lui semble que « ça tourne », il n’est pas forcément facile pour lui de se sentir heurté par le regard et les appréciations plus ou moins bienveillantes de ses pairs. Acceptons de réfléchir, de bouger nos lignes et de voir ce qui est positif en chacun de nous. Acceptons l’autre qui s’est construit un monde qui lui semble être celui qui convient, à tort ou à raison. Chacun a sa sensibilité, sa personnalité, sa relation avec les élèves, ses formes d’engagement. Chacun est singulier. Prions pour que chacun se laisse guider et laissons-nous guider dans les pas de Jésus, prenons le risque de sortir de nos zones de confort, discutons !

Acceptons aussi la singularité de chaque élève qui nous est confié. Notre mission n’est-elle pas de tous les faire grandir, de les accompagner, certes contraints par le temps scolaire, les programmes, mais en étant attentifs aux petits pas des uns et des autres, mesurés, réalisables ? Le rythme de progression des élèves est à géométrie variable, pour mille et une raisons. Soyons patients, regardons-les, voyons chez eux aussi ce qui est positif : ils ont tous des qualités, sachons les repérer, les valoriser, en espérant que leurs petits pas, leurs chemins détournés, les conduisent tous vers la réussite. Prions pour que chacun se laisse guider là aussi. Ayons confiance. En eux, en Lui.

 
Marianne
Le 8 mars 2022

« A quoi bon instruire ? – Le sens des disciplines scolaires »

Telle est la question du 3ème chapitre du livre de Xavier Dufour Enseignant et chrétien, une vocation. Il a été le point de départ de nos échanges en équipe ce soir. Après être revenus sur le rapport des élèves au silence (fondamental pour apprendre à penser), nous avons interrogé le mot « instruire » qui ne semble en rien incompatible avec le mot « éduquer » - peut-être ne serait-ce en fait qu’une phase préalable ou une condition de l’éducation. Nous avons ensuite parlé de nos capacités à éveiller les élèves, chacun dans nos disciplines.

Nous sommes tous formés et sans doute très au point dans des domaines précis (les mathématiques, les sciences, l’histoire, les lettres…), mais savons-nous sortir de ces domaines, créer la surprise, susciter l’intérêt ? Nous autorisons-nous à relier notre domaine de prédilection aux autres ? Bien plus, est-ce que le travail interdisciplinaire est toujours facile ? Possible ?


De là, nous avons digressé (mais pas tant que cela en réalité) : comment mener un travail interdisciplinaire quand le collègue avec qui nous intervenons n’adopte pas la même posture que nous ? Savons-nous écouter, comprendre l’autre, lui dire qu’on n’aurait peut-être pas exactement fait comme ça ? En toute simplicité, en toute bienveillance. Faisons-nous au quotidien dans nos établissements cette expérience de la bienveillance partagée ? Avons-nous d’ailleurs beaucoup de temps de partage et d’échanges ? Et si nous essayions, quoiqu’il en soit, de voir la part du Christ dans chacun de nos collègues, même le plus éloigné ?


Et nos élèves ? A quoi bon les instruire ? Sortons donc de notre zone de confort, allons voir un peu ailleurs, sortons des sentiers battus, réfléchissons en même temps qu’eux, montrons-nous curieux pour leur donner envie de l’être. Emerveillons-nous et suscitons l’émerveillement, peut-être dans un temps de « pause », qui sait, dans un temps de silence, pour amener nos élèves à interroger le monde et à se mettre en quête de sens.

M.C.

Editions de l'Emmanuel
ISBN : 978-2353899135

Sur le même thème, article de Télérama "Oui, apprendre peut être un plaisir"        
Notre père, présent dans le monde de l'éducation...

 

Bonjour,

Mon équipe de Chrétiens de l'Enseignement Public s'est réunie dernièrement et a en particulier évoqué le malaise dans les écoles, collèges et lycées en cette période de pandémie.
Nous proposons à nos paroisses, en ce dimanche 16 janvier (2° dimanche du temps ordinaire), de prier pour les élèves, les étudiants, leur professeurs et plus largement toutes les communautés éducatives des établissements scolaires. Nous avons préparé une intention pour la Prière universelle : 

"Seigneur nous te confions tous les élèves et étudiants, à l'école, au collège, au lycée ou  en études supérieures. Permets-leur, malgré les protocoles, les restrictions, la maladie, de garder en eux cette joie d'apprendre, de rester curieux et critique. Nous te confions aussi  leurs enseignants, qu'ils puissent exercer dans la confiance et la sérénité et que les difficultés liées à la pandémie n'entravent pas leur joie de transmettre."

Fraternellement,
Evelyne

 

Message de soutien de Mgr Gérard Le Stang aux équipes éducatives de la Somme.

 Merci l'école !

Membres des équipes éducatives, usés et lassés par la crise sanitaire et sa gestion dans les établissements, vous avez ce jeudi posé un genou à terre. A peine deux semaines après la reprise, le stress, les injonctions contradictoires, et les tensions multiples semblent avoir eu raison de vous, chefs d’établissements, professeurs et personnels non enseignant.  

Entre attention aux enfants et jeunes, informations aux parents, et empilement ubuesque de protocoles annoncés mais non précisés ni accompagnés de moyens, vous avez exprimé votre colère.  

Votre décrochage a été discret, signe qu’il fallait exprimer un ras le bol et un stress intenses, tout en tenant la barre dans les écoles. Mais message reçu ! Nous avons bien compris (je l’espère), combien, pour vous, cette situation interminable est pénible.  

Je veux vous dire simplement mon soutien et mon admiration. Dans les temps qui viennent, vous serez encore sur le pont, à naviguer entre les multiples récifs de la période actuelle. Il faudra tenir.  

Ces temps mettent en lumière votre quotidien d’éducateurs. En ces temps, il est rude, éprouvant. Et pourtant vous répondez présents, vous vous soutenez les uns les autres. Vous prenez soin des plus fragiles.  Vous ne laissez pas les familles dans le désarroi. Vous êtes loyaux avec l’administration, le rectorat, le ministre, malgré les incohérences ressenties. Chapeau bas !  

Est-il encore un sens de dire : prenez soin de vous !? Et pourtant… Les enfants et les jeunes ont besoin de vous aujourd’hui. Ils vous attendront aussi demain. Ils auront encore besoin de vos ressources intérieures, de votre énergie et de votre intelligence, de votre droiture d’adultes et de votre calme dans la tempête.  

Alors, merci de tenir encore le cap ! Autant que je le peux, je vous soutiens et vous porte dans mon espérance de temps plus sereins. 

Mon amitié et ma prière vous sont assurées. 

+ Gérard Le Stang          
Évêque d’Amiens  
Le 14 janvier 2022


Voir le message sur le site du diocèse

Lu 523 fois
Connectez-vous pour commenter

Abonnement à la Lettre Électronique

Donnez votre adrélec, puis recopiez à droite les caractères apparaissant à gauche.

captcha 

Coordonnées

CdEP - 67 rue du Faubourg St Denis
PARIS Xème
Métro : Château d'eau - Strasbourg St Denis

  • Tel : 01 43 35 28 50
Vous êtes ici : Accueil École et société Enseigner aujourd'hui Enseigner en temps de crise sanitaire