samedi, 27 février 2021 22:06

Déclaration publique des Équipes Enseignantes d'Amérique latine et des Caraïbes

Écrit par

Les Équipes Enseignantes d'Amérique latine et des Caraïbes, communauté chrétienne d'enseignants, se sont réunies en janvier 2021 chacune dans sa région. Pays participants de la région Nord : Cuba, El Salvador, Haïti, Honduras, Mexique et République dominicaine, région Centre : Bolivie, Colombie, Équateur et Pérou et cône Sud : Argentine, Brésil, Chili.

  Declaración pública de los Equipos Docentes de America latina y el Caribe - Febrero 2021

  Public Declaration of the Latin American and Caribbean Teaching Teams - February 2021

L'objectif était de réfléchir, d'analyser et de discuter les thèmes "Femmes, genre et éducation dans le contexte socio-politique avec un regard tourné vers l'avenir éco-pédagogique", en tenant compte de la contingence et de la situation de chaque région.

Pour les Équipes Enseignantes, l'axe principal est de renforcer l'éducation publique, la qualité, l'équité, la démocratie et la défense des Droits humain, c'est pourquoi nous voulons exprimer notre action, produit des Rencontres Régionales, à travers cette déclaration publique :

On constate :

  1. La pandémie de la Covid 19 a révélé une société inégalitaire pour nos peuples, produit du modèle néolibéral, par des gouvernements complaisants avec les élites étrangères et nationales, dépouillant les Droits Humains les plus élémentaires, s'emparant des institutions, dominant le peuple, vivant avec une apparente démocratie. Générateur d'inégalités, de dévalorisation de la vie sous toutes ses formes, favorisant l'enrichissement et les privilèges de quelques-uns, d'extermination et de mépris des peuples autochtones. Un modèle qui tue la créativité, la philosophie, l'éthique, la mémoire historique, le travail collectif, la défense et le respect de la nature, en favorisant la compétitivité, l'individualisme et l'indifférence aux problèmes des autres, en négociant maintenant avec la santé au milieu de l'urgence, du besoin, de la maladie, de la mort, du chômage, de la faim et des migrations. L'Amérique connaît la pire crise sociopolitique, économique, écologique, sanitaire, éducative et de communication, due à la corruption et à la méfiance, à l'augmentation du nombre de pauvres, à la disparité dans l'utilisation de la technologie, sans avoir les moyens de l'acquérir, à la domination des médias, à l'insuffisance des infrastructures et de la formation.

  1. L'école publique est également sous-évaluée, il y a eu une augmentation de l'abandon scolaire, peu de formation des enseignants qui travaillent avec les outils nécessaires, la crise éducative s'est aggravée de 50%, les élèves ne pouvaient pas suivre les cours virtuellement par manque de ressources économiques et d'outils technologiques. Les enseignants s'occupent des élèves sans horaires fixes, réinventant avec créativité la tâche pédagogique, toujours en encourageant, avec leurs propres ressources et en apportant des cahiers d'exercices aux autres élèves. Aujourd'hui, les relations ont changé, de nombreux défis inimaginables sont apparus.

  1. Les pères, les mères et les agents communautaires sont les alliés de l'éducation, réalisant un travail de collaboration qui a rétabli le lien entre la famille, l'école et la communauté, revigorant les possibilités de l'éducation communautaire et populaire, dont les principes ont été préconisés par le professeur Paulo Freire, auquel on rend hommage en 2021 dans les pays d'Amérique. L'éducation répond plus aux indicateurs et aux chiffres qu'à la personne, c'est pourquoi nous nous joignons à l'appel du pape François à travers le Pacte mondial pour l'éducation, comme une alliance intégrale pour reconstruire l'éducation, en la ré-humanisant, sur la base de nouvelles relations entre les êtres humains.

  1. Des filles et des femmes subissent une plus grande vulnérabilité, malgré l'existence de lois et de politiques publiques pour prévenir et punir la violence à l'égard des femmes, dans la pratique, sa mise en œuvre est lente ou non réalisée ; il est urgent d'effectuer un travail éducatif ardu pour la reconnaissance du rôle des femmes, pour la responsabilisation des filles et des adolescentes, pour promouvoir un changement culturel, pour éviter leur maltraitance et leur mort, pour prévenir la croissance de la violence de genre, car celle-ci se normalise avec les multiples cas de femmes et de filles disparues ou mortes.

  1. Le plus grand défi est de laisser les peurs derrière soi, de nous identifier comme disciples du Christ et de son projet pour l'humanité, en étant agents de changement à partir de l'école et de chaque espace éducatif, en promouvant un changement de conscience dans le but de forger une éducation égalitaire, intégrale, équitable, inclusive, démocratique, réfléchie et critique, qui brise les stéréotypes et valorise les personnes dans leur intégrité, en prenant soin des groupes les plus vulnérables.

En tenant compte de toutes ces constations, nous convenons de :

  • Rejeter les contraintes du néolibéralisme et ses dynamiques opposées aux valeurs évangéliques de justice, de fraternité, de solidarité, de paix, de bien commun ; toutes les formes d'exclusion, de violence et de corruption qui existent en Amérique, principalement en temps de pandémie, l'amélioration de la santé, de l'eau, du logement, de l'éducation, de l'alimentation, des ressources essentielles et de base pour la survie, protéger et sauver les peuples indigènes, les pauvres, les femmes, les personnes âgées, les personnes avec un handicap, tous ceux qui sont discriminés en général.

  • Répudier toute forme de persécution, de violence, de corruption, d'abus, de violation de la dignité de la personne, d'iniquité, de destruction et d'extermination de la vie des êtres humains et de la nature, par la destruction croissante de "notre maison commune".

  • Lutter, soutenir, s'unir et marcher avec les initiatives et les personnes qui se mobilisent avec le désir de préserver, de soigner et de valoriser les êtres humains, l'environnement, qui défendent la vie avec la force que Dieu donne.

  • Exiger le respect de la responsabilité que les États ont en matière d'éducation et de Droits humain, de droits des enfants, des adolescents et des jeunes, de droit à la vie, à l'éducation, à la santé, à une vie digne.

  • Promouvoir notre leadership, en luttant contre tout système injuste qui entrave le développement des femmes et des groupes humains, avec le droit de prendre des décisions, dans une action émancipatrice permanente.

  • Assumer la défense des syndicats et de leurs dirigeants, des leaders et des étudiants qui sont persécutés, maltraités, violemment réprimés, détenus, emprisonnés, blessés, battus et même tués.

  • Travailler à l'égalité des sexes à la maison, à l'école, à la paroisse, dans le quartier, afin de contribuer à une société digne et égalitaire qui valorise et respecte toutes les personnes.

  • Assumer des engagements avec des associations, des syndicats, des organisations politiques et le Mouvement des Équipes Enseignantes, en contribuant à un changement visible de la société par des relations égalitaires et de nouvelles masculinités.

  • Appliquer et diffuser les lignes directrices du Pacte Global pour l'Éducation, par une pédagogie de la tendresse et de la fraternité dans une communauté libératrice et digne.

  • Générer des espaces d'apprentissage dans les Équipes Enseignantes, avec une perspective de genre, en actualisant la philosophie, en récupérant la spiritualité de l'équipier en complémentarité avec celle de nos peuples autochtones et des femmes, en renforçant nos identités comme graines de l'arbre de vie, en lien avec notre Maison Commune.

  • Participer à la célébration des 100 ans de Paulo Freire, dans chacun des pays d'Amérique latine.

  • Considérer le rôle prépondérant des femmes dans l'éducation et le scénario sociopolitique, sur la base des valeurs humaines, en reconnaissant la priorité qu'occupent les femmes dans la société, leurs qualités et leurs capacités, qui sont le soutien des familles et de la société, en promouvant leurs droits, leurs valeurs, leurs opportunités sur le lieu de travail, avec l'inclusion, l'équité, la démocratie, en mettant en avant leur leadership, sans exclure les hommes et en évitant les injustices.

  • Créer des espaces pour que les femmes puissent partager leurs idées et leurs points de vue, être les porte-parole de leur dignité, former des collectifs à la maison, à l'école, à l'Église et dans tous les domaines, améliorer la culture de la valorisation des femmes, éliminer les stéréotypes de genre, motiver le changement de l'enseignement avec équité dans la famille et l'école publique, pour réaliser des changements dans nos sociétés, en développant la prise en charge personnelle et le soin de sa dignité, fournir une éducation sexuelle à chaque être humain.

  • Promouvoir la sororité entre les femmes, faire preuve d'empathie et de soutien envers les autres femmes ; travailler à l'éradication de la violence de genre dans nos pays. La femme doit être défenseur de l'égalité et intervenir dans la sphère sociopolitique des pays, ainsi nous promouvrons la vision intégrale de la femme non stéréotypée.

Nous nous engageons, en tant qu'éducateurs chrétiens, citoyens et peuple de Dieu, à être une partie active qui suscite, renouvelle, libère, renforce et étend l'action avec des réseaux pour réaliser une véritable démocratie, en recherchant le bien commun, l'équité et la justice sociale, en restant vigilants et actifs, attentifs aux pièges tendus et avec la foi en Jésus, que nous suivons, pour garder vivante l'espérance qu'un monde meilleur est possible.

Nous annonçons que :

  • Les jeunes se rebellent contre les injustices, ils s'unissent, ils font face à la réalité avec un jugement critique, ils deviennent la force et le moteur du changement, de sorte que les gens s'éveillent à la réalité.

  • Les réseaux sociaux brisent la barrière de l'isolement.

  • Les femmes se lèvent pour exiger leur dignité.

  • Les minorités revendiquent leurs droits en tant que personnes.

  • Les chrétiens s'éveillent au message du Christ qui marche avec son peuple. Nous nous sentons vivants et déterminés à continuer à lutter, renforcés par la puissance du Créateur, le Christ nous donne une vie nouvelle et l'Esprit nous conduit.

Pour ces raisons, nous vous invitons tous à faire entendre votre voix courageuse et intrépide, encouragée par les prophètes de tous les temps, qui renforcent notre Espérance.

"Marchons dans l'Espérance, car il y a une aube nouvelle"

Le 16 Février 2021, traduction Paulette Molinier


 

Connectez-vous pour commenter

Abonnement à la Lettre Électronique

Donnez votre adrélec, puis recopiez à droite les caractères apparaissant à gauche.

captcha 

Coordonnées

CdEP - 67 rue du Faubourg St Denis
PARIS Xème
Métro : Château d'eau - Strasbourg St Denis

  • Tel : 01 43 35 28 50
Vous êtes ici : Accueil Dans le monde Dialogue et Coopération Déclaration publique des Équipes Enseignantes d'Amérique latine et des Caraïbes