mardi, 09 janvier 2018 20:11

A l'école, tisser la confiance avec les familles

Écrit par

Rencontre nationale et assemblée générale de l'association CdEP : deux bonnes raisons d'aller à Dijon les 7 et 8 avril 2018 !

                       Dijon, les samedi 7 et dimanche 8 avril 2018
                                            (CRISD  1 avenue Champollion  21000 Dijon)

Le samedi 7 avril : Rencontre nationale

Thème de la rencontre :
A l'école, tisser la confiance avec les familles, droits et devoirs de chacun

L’histoire de l’école publique en France s’est construite progressivement à travers un pacte de confiance entre les enseignants et les familles. A chacun ses compétences, à chacun ses responsabilités. Au moment où ce pacte pouvait encore se renforcer ou se redessiner à travers la notion de coéducation, on constate que des germes de méfiance réciproque s’installent : contestation de certaines pratiques enseignantes, mise en cause de la laïcité, intrusion des familles sur le territoire scolaire, soupçons portés sur les capacités éducatives familiales et désarroi devant des styles de vie peu compatibles avec les exigences collectives de l’école… Ailleurs l’école semble disqualifiée dans son projet, au point que se multiplient les replis sur une éducation privée, jusqu’à « l’école à la maison ».
Si nous ne voulons pas que l’école de tous soit menacée dans sa survie, il est fondamental de retisser les liens de confiance avec la famille, en reprécisant les droits et les devoirs de chacun des acteurs : enseignants et éducateurs, parents et élèves. Il est probable que cette restauration déborde largement le cadre de circulaires réglementaires : elle relève d’un effort général de la société pour repenser solidairement le projet de l’école et le rôle des familles dans la construction du vivre ensemble.

Nos intervenants :
Bernard Defrance est un philosophe qui a été professeur de psychopédagogie et de philosophie de l’éducation en Ecole normale d’instituteurs et professeur de philosophie en lycée ; il est désormais à la retraite. Bernard Defrance a publié un grand nombre d’ouvrages et d’articles parus dans plusieurs revues concernant le droit et l’éducation.
Il nous dit : «  Tisser des liens : il faut que les fils soient clairement distincts pour pouvoir les tisser ! Et c’est ici un « tissage » en trois dimensions qu’il importe de penser et de réaliser, en articulant le travail des acteurs dans les trois pôles de socialisation de l’enfant : famille, école, cité. »

Jean Lamblot est un théologien, prêtre du diocèse de Dijon et vicaire épiscopal. Il est directeur du département de théologie du CUCDB (Centre Universitaire Catholique de Bourgogne).
Jean partira de notre questionnement : «  Les chemins de la confiance ne sont-ils pas multiples, divers et longs à construire ? Ne faut-il pas dépasser nos jugements, nos méfiances, et nos a priori ? Et si nous cherchions du côté du consentement au risque, de la fragilité, du lâcher prise, de l’inachèvement et de la promesse ? Comment, dans cette démarche, déceler et éclairer une parole de foi et des visages de Dieu ? ».

Télécharger le bulletin d'inscription à la rencontre nationale et à l'AG

Le dimanche 8 avril : Assemblée générale de l'association CdEP

Ordre du jour : rapport d’activité, rapport financier, rapport d’orientation, budget prévisionnel, élections au Conseil d’Administration, questions diverses.

 

Compte-rendu de la rencontre nationale et de l'assemblée générale

« A l’école, tisser la confiance avec les familles : droits et devoirs de chacun », c’était le thème de notre rencontre nationale qui a réuni une soixantaine de personnes dans une ambiance chaleureuse.

Témoignage
La journée s’est ouverte sur le témoignage de Patricia R., directrice d’école en charge d’un CM1/CM2. Elle a insisté sur le fait de donner aux parents une parole qui fait autorité, en accord avec ce qu’elle pense profondément, d’où la nécessité d’établir des règles. Par exemple, elle ne répond jamais à chaud quand un conflit s’amorce, elle essaie de rencontrer les personnes concernées ou de les avoir au téléphone. Elle est chrétienne, donc chaque personne en face d’elle a la même importance. Patricia a montré, qu’à son niveau, des choses concrètes pouvaient se mettre en place pour ne pas baisser les bras et amorcer un chemin de confiance entre parents, élèves et personnels enseignants.

Droits et devoirs
Bernard Defrance a abordé le thème du point de vue du droit et particulièrement du droit des enfants. Il a rappelé les trois lieux de la socialisation et leurs différentes fonctions : la famille, le milieu associatif, l’école. Pour retisser les liens avec les parents, il faut être clair avec ce triangle : l'école n'est pas la famille, ni une association.  Extrait sonore de l'intervention de Bernard Defrance

Quelques pistes : organiser progressivement la participation des élèves, ce qui se fait dans les classes coopératives, réfléchir à exercer son autorité dans le groupe plutôt qu'exercer son pouvoir sur le groupe. Quand nous nous adressons aux parents, ne pas perdre de vue qu'il y a une relation citoyenne d'égal à égal avec eux. Essayer de les rencontrer en dehors d'une convocation scolaire.

Faire confiance
Jean Lamblot nous a invités à faire confiance. Instaurer ou restaurer la confiance entre les enseignants et les familles demande un "agir" : se fier à quelqu'un est un acte relationnel, une démarche. Que faut-il que je fasse pour que les autres me fassent confiance? Si j'interroge la théologie, je prends Dieu comme modèle pédagogique. Comment Dieu fait-il pour que nous ayons confiance en lui ? Dieu n'utilise jamais une négation de la négation. Cela se traduit par "mettre du positif sur le négatif". La seule vraie question posée par la Bible est : comment être en relation avec quelqu'un qui n'est pas là ? C'est un peu notre problématique avec certains élèves et certaines familles. Ce qui va permettre d'être en relation avec quelqu'un qui n'est pas là, c'est la symbolique. Pour tisser la confiance avec les familles, il faut poser des actes positifs, relationnels et symboliques. Extrait sonore de l'intervention de Jean Lamblot

Des ateliers ont prolongé ces deux interventions : qu'avaient-elles touché en nous, fait bouger, éclairé ?

Quelques pistes : quelles pratiques innovantes pouvons-nous envisager ? Quelles idées neuves pour tisser la confiance ? Comment avoir des relations avec tous les parents d'élèves ? Comment arriver à des relations citoyennes ? Qu'est-ce qu'un acte relationnel symbolique pour un groupe classe ? Quels impacts les nouveaux outils numériques ont-ils dans la relation école/famille ?

Assemblée générale
Le lendemain, après relecture du rapport d'activités, nous avons réfléchi sur deux questions qui introduiront le débat sur l'orientation de CdEP :
- Que disons-nous aujourd'hui de notre engagement dans l'enseignement public ?
- Quelle est pour nous et pour les autres l'utilité de CdEP ?
Les actifs, bien représentés lors de cette Assemblée générale, ont largement pris la parole dans les ateliers. Une première question portait sur le rôle de l’école publique. On ressent un engagement de garder le choix de l'école publique sans pour autant se fermer aux autres, engagement pour une école pour tous au service de tous. On est confrontés à des milieux radicaux, d'où la nécessité de prendre en compte la laïcité. Beaucoup d'enseignants ont un sentiment de solitude dans les équipes pédagogiques. Regret de voir l'école publique malmenée alors qu'elle fait un gros travail pour accueillir décemment les mineurs étrangers par exemple. Quant au rôle de CdEP, c'est souvent le seul lieu de parole, le seul lieu d'écoute, de respiration, sans jugement ; ce serait bien de proposer des fiches sur des sujets ciblés. C'est aussi le lieu où vivre le double engagement foi et école publique. CdEP permet de réfléchir ensemble, de partager des expériences entre actifs et retraités, entre enseignants de tous niveaux.

Beaucoup de questions émergent :
Comment créer des liens avec des enseignants musulmans attachés à leur foi et à la laïcité ? Comment donner une place dans l'Eglise aux valeurs de l'école publique ? Plusieurs demandes de chantiers se dégagent : aborder la laïcité peut-être par la connaissance des religions, comment avoir une parole publique ?

La convivialité de l'accueil des Dijonnais et tout ce que nous avons reçu durant ce week-end nous donnent l'énergie pour poursuivre les chantiers engagés et amorcer une réflexion sur les thèmes qui se sont dégagés lors de cette rencontre. En particulier voir comment la connaissance des religions pourrait amener une meilleure connaissance de l'autre et un vivre ensemble plus apaisé.

Chantal de la Ronde

Télécharger une fiche de travail sur le thème des liens Famille-Ecole

Plus dans cette catégorie : « Rencontre d'animation nationale 2017
Connectez-vous pour commenter

Abonnement à la Lettre Électronique

Donnez votre adrélec, puis recopiez à droite les caractères apparaissant à gauche.

captcha 

Coordonnées

CdEP - 67 rue du Faubourg St Denis
PARIS Xème
Métro : Château d'eau - Strasbourg St Denis

  • Tel : 01 43 35 28 50
Vous êtes ici : Accueil Actualité de CdEP Au plan national Rencontres nationales A l'école, tisser la confiance avec les familles